Le projet Traitements de 2nde ligne

Traitements de 2nde ligne

Etude sur les caractéristiques cliniques et les raisons de l’utilisation de deux traitements de deuxième ligne chez les malades atteints de maladie de Parkinson de la cohorte NS-Park/FCRIN

Synopsis

Les médicaments oraux permettent, dans un premier temps, le contrôle optimal des symptômes parkinsoniens, mais au fil de l’évolution de la maladie, des complications motrices apparaissent (fluctuations motrices et dyskinésies). Lorsqu’elles sont sévères, ces complications motrices sont difficiles à contrôler malgré un traitement médicamenteux optimisé. La sévérité des atteintes justifie habituellement le recours à des traitements de seconde ligne : la stimulation cérébrale profonde (SCP), pompe à apomorphine (PA) et l’administration continue de lévodopa par voie intra-duodénale (Duodopa). Les trois traitements de seconde ligne ont montré leur efficacité et peuvent être proposés aux patients parkinsoniens présentant une bonne réponse à la thérapie dopaminergique. Le choix parmi les trois traitements est fait habituellement selon des caractéristiques cliniques du patient, incluant l’âge, le statut cognitif et comportemental et l’existence de contre-indications liées à la méthode elle-même. Chez les patients qui ont des tableaux cliniques sévères ou si la SCP n’entraine pas le bénéfice escompté, on peut proposer en association un autre traitement de seconde ligne, même si cette éventualité est rare. Peu d’études portent sur l’association de deux traitements de seconde ligne.  La cohorte NS-Park contient des données cliniques et sur l’utilisation des médicaments antiparkinsoniens et des traitements de seconde ligne en « vraie vie » chez plusieurs milliers parkinsoniens. Cette étude permettrait d’obtenir des informations sur les caractéristiques cliniques des patients ayant deux traitements de deuxième ligne et sur les facteurs prédictifs de l’ajout d’un deuxième traitement de 2nde ligne.

Objectif

 L’objectif de cette étude sera de de caractériser le profil clinique des patients atteints de la maladie de Parkinson recevant deux traitements de deuxième ligne. Cette étude permettra également d’identifier les facteurs prédictifs associés à l’introduction de deux traitements de deuxième ligne et de vérifier si l’introduction d’un deuxième traitement de seconde ligne a modifié le tableau clinique des patients.

Cycle de vie

des données

Les données analysées dans ce projet sont extraites de la cohorte NS-PARK par le Centre de pharmacoépidémiologie de l’AP-HP Département de Santé Publique (Hôpital Pitié-Salpêtrière, équipe statistique de la cohorte), et analysées sous le contrôle du responsable et promoteur, l’INSERM, par les équipes affiliées au projet de recherche.


Information Patient :
Vous participez à la cohorte NS-PARK et souhaitez obtenir des informations supplémentaires sur le traitement et l'utilisation de vos données, consultez la rubrique dédiée Vos données

 

 

 

 

 

 

 

Français